L’École du Louvre exerce une mission d’enseignement d’histoire de l’art et des civilisations, et de diffusion culturelle. Elle mène depuis plusieurs années des actions spécifiques en Région dans une vingtaine de villes sur le territoire français.

Le musée Bernard d’Agesci propose pour l’année scolaire 2022-2023 deux cycles d’enseignement. Les thématiques ont été choisies et construites spécifiquement pour le public niortais en relation avec la demande des auditeurs, en lien avec l’exposition temporaire relative à l’artiste Hubert-Sauzeau présentée du 21 octobre 2022 au 23 avril 2023 et en écho à nos collections permanentes (legs Piet-Lataudrie - objets d’exception des arts de l’Islam).

Cycle thématique de 5 séances d’1 h 30, les mardis, de 18h à 19h30

Par Michaël Vottero, conservateur en chef du patrimoine et docteur en histoire de l’art, spécialiste du XIXe siècle ; Jeanne-Marie David, attachée principal de conservation au musée des Beaux-Arts de Rouen ; Sabine Cazenave, conservatrice du patrimoine, directrice du musée basque et de l’histoire de Bayonne

Ce cycle de cours retracera la découverte des régions françaises par les artistes au cours du XIXe siècle à travers l’étude de la peinture de genre, depuis les publications des Voyages pittoresques jusqu’à l’intérêt des peintres de la modernité pour les paysages et les populations locales. À travers cinq séances thématiques qui traiteront non seulement de l’histoire des peintres et des œuvres affiliées à cette catégorie picturale, mais également de leur réception au cours du XIXe siècle et dans les premières années du XXe siècle, la scène de genre dite régionaliste sera étudiée dans toute sa variété autour des principaux foyers d’inspirations que sont la Normandie, la Bretagne ou le sud de la France.

La scène de genre régionaliste est alors l’une des thématiques à succès des expositions de peinture. Largement soutenue par les pouvoirs en place, elle diffuse dans toute la société les caractéristiques propres à chaque région, le folklore, dont le public et les collectionneurs sont alors friands.

  • Mardi 22 novembre :Le succès de la Bretagne dans la peinture de genre du XIXe siècle. Jeanne-Marie David 
  • Mardi 29 novembre :Du nord au sud, les régions se découvrent au Salon. Michaël Vottero
  • Mardi 6 décembre :Les foyers provinciaux et la modernité artistique au tournant des XIXe et XXe siècles. Sabine Cazenave
  • Mardi 13 décembre :La scène de genre normande. Jeanne-Marie David
  • Mardi 17 janvier 2023 (report du 18 octobre 2022) : Aux origines de la découverte des régions françaises, les voyages pittoresques et la scène de genre régionaliste dans la première moitié du XIXe siècle. Michaël Vottero

Inscription

Cycle thématique de 5 séances d’1 h 30, les mardis,

Par Eric Delpont, chef du département Musée, Institut du monde arabe, Paris et Farhad Kazemi, conservateur du patrimoine, Service des musées de France

Au VIIe siècle, l’avènement de l’islam, troisième monothéisme abrahamique, a pour cadre la péninsule Arabique. Dès le siècle suivant, les premières dynasties musulmanes conquièrent des territoires s’étendant de l’Andalousie aux frontières de la Chine. La rencontre avec les cultures classique, berbère, byzantine, persane et turque, concourt à l’élaboration d’un art que l’Occident nommera « islamique » au XIXe siècle. Cet adjectif recouvre une infinité d’expressions du beau, avec pour critères partagés un sens aigu de l’harmonie et de l’équilibre des proportions, ce dont témoignent l’architecture tout autant que les pièces de grand luxe et les objets du quotidien.

Les conférences s’articulent autour de quatre thèmes, marqueurs de l’esthétique musulmane. On abordera en premier lieu le développement de la calligraphie, seule pratique artistique des arts de l’Islam à être codifiée à partir du IXe siècle dans des traités normatifs. La seconde séance portera sur les décors géométriques et d’arabesques qui tapissent les surfaces des bâtiments et des objets d’art. Il s’agira ensuite de questionner la relation de l’Islam à la représentation figurée. Selon les territoires et les époques, il existe différents modes de représentation parmi lesquels ceux de l’Iran se démarquent, notamment en peinture. Les œuvres persanes peintes conservées sont d’abord celles qui illustrent les manuscrits littéraires et scientifiques dès la fin du XIe siècle avant de devenir des œuvres à part entière, essentiellement à compter du XVIIe siècle. La question des matériaux et des couleurs nous conduira à interroger la catégorie des beaux-arts instaurée par l’Europe de la Renaissance – architecture, peinture, sculpture –, l’Islam ne hiérarchise pas ses productions artistiques : toute pièce est considérée belle lorsqu’elle est façonnée dans de beaux matériaux et donne du plaisir au regard, tout en remplissant la fonction d’usage pour laquelle elle a été créée.   

  • Mardi 7 mars :Écrire, un art en soi. De la lettre au signe : la calligraphie
  • Mardi 14 mars :De la surface à l’espace : arabesques et géométrie
  • Mardi 21 mars :L’image n’est pas taboue : percevoir différemment le monde
  • Mardi 28 mars :La peinture iranienne et son évolution du XIIIe au XIXe siècle
  • Mardi 4 avril :Les matériaux : une infinie séduction

Inscription

Inscriptions

Vous pouvez vous inscrire directement en ligne avec paiement par carte bancaire sur le site internet de l'Ecole du Louvre ou par voie postale en téléchargeant un formulaire d'inscription.

  • Pour tout renseignement complémentaire :

tél. 05 49 78 72 00 (accueil du musée Bernard d’Agesci) ou 05 49 78 72 05 (secrétariat)